ECN déplacé en D3

Pour discuter de l'actualité : médicale ou non !
Répondre
Avatar du membre
testme
Messages : 5
Enregistré le : mar. juin 12, 2018 5:38 am
Localisation : Strasbourg
Mon U.F.R : STRASBOURG

dim. juil. 08, 2018 3:40 pm

Salut à tous,

Récemment est paru une réforme disant que grosso modo les ECN sont déplacées en 5e année, et la D4 serait plus une année de pré-internat pour préparer un dossier d'entrée dans une spécialité en internat, mais on n'a pas plus d'informations que ça.

Comment va se passer ce pré-internat ? Si quelqu'un qui est à la fac de Marseille veut faire Cardiologue dans un CHU parisien, comment devra-t-il s'y prendre ? Avant il y avait un classement qui nous permettait de choisir un poste dans une spé dans une ville, mais maintenant ?

Une source parmi tant d'autres.
Les liens sociaux n'existent que dans la conscience de notre propre personne.
Avatar du membre
Korrigan
Messages : 23
Enregistré le : lun. juin 25, 2018 4:33 pm
Mon U.F.R : BREST

lun. juil. 09, 2018 10:04 am

Je peux me tromper mais d'après ce que j'ai compris :
- il n'y aura plus du tout de concours,
- la sélection se fera au cas par cas (pour chaque spécialité dans chaque ville) sur dossier, cursus laboris, stages, notes, masters, recommandations...
- il ne persistera que des évaluations théoriques (5° année) et une évaluation "pratique" en 6° année qui remplace le Certificat de Synthèse Clinique et Thérapeutique (CSCT) déjà existant.
- seront privilégiés lors de la 6eme année des stages d'externat en lien avec la futur spécialité.
- les modalités pour changer de fac ne sont pas établies (comme beaucoup d'autres points), mais ce système ne parait pas un obstacle en soi (je ne connais pas beaucoup le système nordique mais il me semble que c'est aussi une sélection sur dossier, sauf que tous les spécialiste ont déjà fait une maquette complète de médecine générale, à confirmer).

Ce que je crains:
- l'abus de passes droits si l'on a des appuis par des chefs de service, professeurs, ...
- beaucoup plus de pression lors des stages d'externat car il faut avoir les stages les plus valorisants, les meilleurs appréciations des chefs pour son dossier, donc potentiellement des risques d'abus de pouvoir/ harcèlement sexuel,... ,
- les étudiants étrangers pourront être refusés par principe sans être évalués,
- changer de spécialité en cours de carrière risque d'être plus compliqué (à places limitées, un chef choisira-t-il de mettre un futur interne en année sabbatique pour former à la place le "vieux médecin" ou prendre le futur interne en laissant un médecin poursuivre la spécialité qu'il avait choisi initialement?).
- le traitement des dossiers pourra prendre un certain temps...
- cette 6eme année peut être un prétexte à avoir des externes "faisant fonction d'internes" ... mais payés comme "simples" externes...

Je le rappelle mais les ECN ne tiennent (tenaient) justement pas compte de tes antécédents, de ton parcours de vie, peu importe de quel milieu tu viens, mais de ton niveau théorique, avec des résultats anonymisés, sur une grille pré établie nationale, la même pour tous, avec des choix transparents à la clé, et tout le monde est fixé en trois semaines.
A mon avis il ne manquait aux ECN qu'une évaluation "humaine", mais très difficile à jauger dans les faits...

Cette mesure ne va pas vers une simplification, mais vers un traitement "individualisé" sans moyen administratif ou pédagogiques mis en œuvre... donc une usine à gaz, (comme leur réforme de l'internat qui a multiplié par 3 les démarches pour les agréments de stages).
Dans des temps anciens :roll: on passait un concours par spécialité et par ville!!!!! Si l'on voulait postuler en cardiologie à Nantes, Paris, Angers et Bordeaux, il fallait passer 4 concours!
Puis il y a eu un concours pour la moitié nord, un pour la moitié sud.
Enfin le système actuel, un seul concours sur trois jours, France entière, toutes spécialités confondues. Et encore on dit concours, mais il est obligatoire qu'il y ait autant de postes que de candidats.
Qu'on le veuille ou non, ce dernier modèle était le plus simple...
Et rien ne garantit pour l'instant qu'il restera autant de postes que de candidats...
Modifié en dernier par Korrigan le mar. juil. 10, 2018 9:59 am, modifié 2 fois.
Diagnostiquer tient plus de l'art que de la science.
Avatar du membre
testme
Messages : 5
Enregistré le : mar. juin 12, 2018 5:38 am
Localisation : Strasbourg
Mon U.F.R : STRASBOURG

mar. juil. 10, 2018 12:37 am

En fait cette réforme risque d'instaurer plus d'inégalité qu'il n'y en a déjà en réalité :| (dérives de la part des CHU qui auront un plus gros pouvoir sur l'avenir des externes, des chefs de service, sélection sur dossier qui peut être biaisé, les "fils de papa" aurront forcément plus de chance que les fils de personne, ...), non ?
Les liens sociaux n'existent que dans la conscience de notre propre personne.
Avatar du membre
Korrigan
Messages : 23
Enregistré le : lun. juin 25, 2018 4:33 pm
Mon U.F.R : BREST

mar. juil. 10, 2018 9:51 am

Certes j'ai écris un petit pavé, mais oui je suis d'accord avec toi, pour moi cette réforme est un retour en arrière, un risque de d'abus de pouvoir, une perte d'égalité des chances...

"La procédure choisie pour réguler les flux de spécialistes a été celle de la mise en oeuvre
d'un concours où les règles de notation et de classement s'imposent à tous de la même
manière. On y retrouve les principes d'égalité de traitement propres à tout concours administratif,
exprimant la volonté de réduire, voire d'éliminer, les systèmes de cooptation liés à des réseaux
sociaux ou professionnels qui caractérisaient l'internat "ancien régime"".
Diagnostiquer tient plus de l'art que de la science.
Répondre