Véganisme = religion?

Répondre
Avatar du membre
Korrigan
Messages : 21
Enregistré le : lun. juin 25, 2018 4:33 pm
Mon U.F.R : BREST

mar. juil. 10, 2018 9:48 am

Ce qui suit n'a pas pour but de discréditer la pratique individuelle végétarienne, végétalienne, vegan,... , mais expliquer ce qui me choque dans la communication de certains vegans, notamment suite au point culture de LinksTheSun : https://www.youtube.com/watch?v=FRBuDziOlLo&t=18s . Il y a une différence entre expliquer ses choix personnels et vouloir convertir l'interlocuteur à son mode de vie.

Mini explication pour l'extra terrestre qui débarque :
- végétarisme = pratique alimentaire qui exclut la consommation de chair animale. Certains ne mangent pas d'œuf et/ ou de lait (Ovo-lacto-végétarisme).
- végétalisme = pratique alimentaire qui exclut la consommation des produits animaux, aussi bien issus d'animaux morts (viande, poisson, crustacés, mollusques, gélatine, présure, ichtyocolle, cuir, etc.) que d'animaux vivants (produits laitiers, œufs, laine, miel, etc.).
- véganisme = anglicisme ("vegan" en anglais veut dire "végétalien" en français), correspondant au "végétalisme intégral", mode de vie consistant à ne consommer aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation (cuir, laine, produit testé sur les animaux, équitation, etc.).

Je trouve que l'image que véhicule le véganisme se rapproche d'une religion prosélyte dans son discours de propagande :
"si tu manges des animaux alors c'est que tu ne connais pas la souffrance animale" ( =tu es "païen", tu n'as pas eu accès à LA "connaissance") ;
"si tu sais alors pourquoi tu continues a manger de la viande hashtag dissonance cognitive quoi" ( =tu vis dans le péché).

Religion = "système de croyances et de pratiques propres à un groupe social"
Prosélyte = "cherche à « susciter l'adhésion » d'un public, public susceptible de devenir alors, pour tout ou partie, « prosélyte », c'est-à-dire nouvel adhérent à leur foi. Par extension, le prosélytisme désigne le « zèle » déployé afin de rallier des personnes à une doctrine".

Bien sûr tous les végans ne sont pas prosélytes (et ne sont pas forcément dans une démarche de foi), mais je m'intéresse à cette minorité bruyante que sont les "activistes".

Pour répondre à la question de mon ami végan, pourquoi je continue à manger de la viande? Parce que je ne suis pas un ascète. Je ne vais pas me priver au nom de valeurs "morales", qu'elles soient nobles ou pas. En prenant la religion la plus présente en France: un catholique qui ne fait pas un jeûne de 40 jours pendant le carême reste quand même un catholique. Car tous les catholiques partagent la même foi (Dieu, Bible, ...). Puis-je être végétarien et manger de la viande? ("Non trop pas, ça c'est un flexitarien hasthag t'asriencompris quoi").

Je suis par ailleurs plus ou moins agnostique car justement je me méfie des dogmes. Chaque religion pense détenir LA vérité.
"Tu ne mangeras pas de viande" est un dogme, un précepte de vie vegan.
Au passage cela entraine une dépendance à des compléments alimentaire (vitamine B12 notamment sous peine d'anémie, troubles neurologiques, digestifs,...) qui pour les vegans n'est pas pathologique. Cette affirmation n'est vraie que parce que cet état est réversible et volontaire... Sinon il serait pathologique.
Et malheur à ces anciens vegans qui expliquent que pour problèmes de santé ils ont du arrêter leur régime privatif : des vegans extrémistes leur tombent dessus pour les harceler, les blamers, les insulter : https://www.youtube.com/watch?v=lXfHliQzUg0&t=174s
Où est la tolérance ?

Beaucoup de ces extrémistes se prennent pour des apôtres répandant LA vérité. Ceux là veulent imposer leurs valeurs morales, leurs croyances, leur rites, par la violence : https://www.francetvinfo.fr/societe/veg ... 19047.html Certaines associations végans se désolidarisent d'ailleurs de ces violences.
Mais si ces hors-la-loi sont condamnés par la justice pour actes de violence s'élèveront-ils en martyres?

Quand je dis à un végan que les plantes aussi souffrent, ce n'est pas pour remettre en cause son opinion sur le véganisme, juste pour expliquer que condition d'élevages d'animaux et conditions de culture des plantes devraient pour moi être au cœur des problèmes. Mais c'est la que ce végan me sort des "arguments" pour me dire que ne pas manger de viande fait moins de souffrance animale et végétale. Sans aucune étude à l'appui. Ce ne sont que des apriori et des raccourcis souvent faux (les vaches mangent de l'herbe, moi pas ; l'herbe ne meurt pas quand elle est broutée ; les excréments des vaches enrichissent le sol donc nourissent les plantes). Mais moi je ne critiquais pas le fait d'être vegan, je critiquais les conditions d'élevage et de culture! Les même choses que lui! Mais certains se renferment dans une coquille avec des œillères, probablement habitué à devoir défendre son mode de vie de manière automatique...

Soyez tolérants. Battez vous contre le gaspillage, laissez sa place à l'amour de la biodiversité. Parce que si vous souhaitez un monde sans souffrance, il n'y a qu'en éliminant toute forme de vie qu'on éliminera toute souffrance (dirty biology a une vidéo sur ce sujet philosophique: https://youtu.be/w3hTp7v2rqc ).

La mort d'animaux n'est pas en soi catastrophique. Cela fait partie de la vie. Ce sont les conditions dans lesquelles cela arrive que l'on peut essayer de maitriser. Pour autant doit-on tenter de tout maitriser? Si vous prenez un chat, vous remarquerez que même rassasié il aime jouer et blesser sa nourriture (une souris par exemple, mammifère très intelligent, animal de compagnie). Cela fait-il de lui un criminel? Peut être... Faut-il condamner les chats? A mon avis : non!

Faut il reprocher à un particulier d'élever des moutons et d'en manger? Oui mais que s'il exerce des sévices sur ces animaux ( 2 ans de prison et 30 000 euros d'amende). https://www.legifrance.gouv.fr/affichCo ... 0006070719
La loi reconnait déjà les animaux comme des êtres sensibles qu'il faut respecter.

On n'est pas obligé d'être manichéen, par exemple "l'élevage c'est mal". Je suis personnellement contre l'élevage industriel intensif ou l'agriculture industrielle intensive. Interrogez vous sur sur le taux de suicide des agriculteurs : isolement, mauvaise opinion dans l'image populaire, difficultés financières, travail difficile,...

Je suis pour soutenir les éleveurs respectueux de leurs bêtes. D'ailleurs nombre de ces agriculteurs critiquent la violence des abattoirs et souhaiteraient maitriser eux même la morts de leurs bêtes. Ce n'est pas parce que des vidéos montrent les horreurs pouvant arriver dans des abattoirs qu'il faut remettre en question toute la production. Ce n'est pas parce que certains agriculteurs maltraitent leurs bêtes que tous le font. Si on leur donne plus de temps et d'argent, la qualité de l'élevage/culture s'en ressentira...

Si l'on ne soutient pas les petits apiculteurs, les abeilles vont peut être disparaître (la mondialisation a déjà fait des dégâts irréversibles : parasites et prédateurs de l'abeille importés, pesticides et polluants chimiques à durée de vie longue,... ). Si des espèces (même élevées par l'homme) disparaissent, potentiellement beaucoup d'autres peuvent s'éteindre (animaux, plantes, champignons, micro organismes). Et certains vegans ou pro agriculture biologique ne s'aperçoivent pas qu'ils sont la cible de grandes multinationales (et de l'agriculture intensive) qui détruisent la biodiversité. Je ne souhaite pas un monde uniformisé qu'avec des champs de soja (ou autre monoculture) à perte de vue...

Pour finir, quand un vegan dit "manger des œufs c'est mal car on tue des poussins à peine nés", je ne peux m'empêcher de trouver l'argumentaire glissant. Certes on pourrait élever ces poussins mâles pour en faire de la viande. Mais j'attire l'attention sur le fait que si la vie devient intouchable, sans discernement des cas particuliers, cela peut par exemple conduire à être anti avortement... Voyez le parallèle avec les religions...
Diagnostiquer tient plus de l'art que de la science.
Répondre