[Santé pub'] Recherche témoignages d'internes

Pour toutes les questions/discussions sur l'internat.
Répondre
Avatar du membre
Zyndor
Messages : 3
Enregistré le : lun. juin 11, 2018 3:40 pm
Mon U.F.R : RENNES

ven. juin 29, 2018 1:20 am

Salut à tous :)

Au crépuscule de l'externat et à l'aube de l'internat je me pose quelques questions d'orientation et notamment sur cette curiosité qu'est l'internat de santé publique.

Ne connaissant personne s'y étant aventuré jusque là j'aimerai récupérer un max d'infos sur les internets !
C'est difficile de se rendre compte de ce que fait en pratique un interne de SP au cours de son internat.

J'aimerai savoir quelle est plus ou moins la journée type d'un ISP (même si ça doit surement être très stage dpd), ses missions, ce qu'on attend de lui, son travail personnel à coté des stages , comment se fait son orientation au cours de l'internat (pour ceux qui viennent sans idée précise de projet de carrière), le post internat, etc..
(n'hésitez pas à compléter au cas où j'omettrai des choses)

Toute autre information pouvant vendre la spé à des D4 indécis est la bienvenue sinon :)
En espérant que des ISP passent par là ! Merci beaucoup !!
Modifié en dernier par Zyndor le lun. juil. 23, 2018 11:06 am, modifié 3 fois.
Avatar du membre
Korrigan
Messages : 23
Enregistré le : lun. juin 25, 2018 4:33 pm
Mon U.F.R : BREST

ven. juin 29, 2018 2:31 pm

Bonjour,

Je me permets d'apporter une pierre de réponse à ta question.
Je ne suis pas interne de santé publique.
Je suis interne de médecine du travail, actuellement en stage en santé publique- hygiène hospitalière à Brest.

Comme tu as pu l'écrire, je pense effectivement que la journée de l'interne est très stage dépendant.
Je vais essayer de te dresser mes journées types.

Pas de consultation avec des patients, mais des visites dans les services d'hospitalisation pour faire le point avec le personnel soignant sur leurs questions vis à vis des précautions d'hygiène, former le personnel, faire le point sur le séjour de patient porteur de Bactéries Hautement Résistantes émergentes.

La majeure partie de la journée correspond a du travail de synthèse/recherche de données. J'ai travaillé jusqu'à maintenant à la synthèse des données disponibles sur les infections de site opératoire pour 2017, une possible épidémie de conjonctivite en néonat (retracer les cas d'absence l'ordre chronologique, chercher des anomalie de prise en charge, des facteurs récurrents, des contacts ou non entre patients, contacter l'interne de biologie pour comparer les souches pour voir si elles sont identiques,...), J'ai du effectuer la même chose pour la gynéco et endométrite.

Occasionnellement correction de travaux de mémoire d'étudiants en licence / master prévention des risques professionnels.

Pendant plusieurs semaines (mais très ponctuel) modification d'une plaquette d'information pour le patient et ses accompagnants sur les précautions complémentaires qui datait d'une dizaine d'années.

Occasionnellement des réunions avec la direction (réunion de pôle), réunion de remise de diplôme de consommation de SHA.

Occasionnellement travail sur un questionnaire de satisfaction sur l'utilisation de nouveaux tabliers de soin étanches (contre les projections).

Une demi journée par semaine staff du service : 1 médecine chef de service, 1 médecin maître de conférences, 1 cadre de santé, 4 infirmières, 1 secrétaire. Faire le point sur les suivis, les problématiques.

Concernant les horaires : 8h-12h45. 14h-17h.
Les chefs ont toujours accepté que je m'absente pour aller assister aux cours.

Résumé :
- des missions de veille/vigilance quotidiennes,
- des missions de formation/conseils au personnel hospitalier hebdomadaires,
- des missions ponctuelles.

Petite précision : il n'y a actuellement aucun interne en santé publique à Brest (je n'en connais pas la raison, mon stage se passe bien).

J'espère que cela apportera un petit éclairage.
Je suis désolé de ne pas pouvoir plus te renseigner...
Diagnostiquer tient plus de l'art que de la science.
Avatar du membre
Zyndor
Messages : 3
Enregistré le : lun. juin 11, 2018 3:40 pm
Mon U.F.R : RENNES

ven. juin 29, 2018 3:21 pm

Korrigan a écrit :
ven. juin 29, 2018 2:31 pm
Bonjour,

Je me permets d'apporter une pierre de réponse à ta question.
Je ne suis pas interne de santé publique.
Je suis interne de médecine du travail, actuellement en stage en santé publique- hygiène hospitalière à Brest.

Comme tu as pu l'écrire, je pense effectivement que la journée de l'interne est très stage dépendant.
Je vais essayer de te dresser mes journées types.

Pas de consultation avec des patients, mais des visites dans les services d'hospitalisation pour faire le point avec le personnel soignant sur leurs questions vis à vis des précautions d'hygiène, former le personnel, faire le point sur le séjour de patient porteur de Bactéries Hautement Résistantes émergentes.

La majeure partie de la journée correspond a du travail de synthèse/recherche de données. J'ai travaillé jusqu'à maintenant à la synthèse des données disponibles sur les infections de site opératoire pour 2017, une possible épidémie de conjonctivite en néonat (retracer les cas d'absence l'ordre chronologique, chercher des anomalie de prise en charge, des facteurs récurrents, des contacts ou non entre patients, contacter l'interne de biologie pour comparer les souches pour voir si elles sont identiques,...), J'ai du effectuer la même chose pour la gynéco et endométrite.

Occasionnellement correction de travaux de mémoire d'étudiants en licence / master prévention des risques professionnels.

Pendant plusieurs semaines (mais très ponctuel) modification d'une plaquette d'information pour le patient et ses accompagnants sur les précautions complémentaires qui datait d'une dizaine d'années.

Occasionnellement des réunions avec la direction (réunion de pôle), réunion de remise de diplôme de consommation de SHA.

Occasionnellement travail sur un questionnaire de satisfaction sur l'utilisation de nouveaux tabliers de soin étanches (contre les projections).

Une demi journée par semaine staff du service : 1 médecine chef de service, 1 médecin maître de conférences, 1 cadre de santé, 4 infirmières, 1 secrétaire. Faire le point sur les suivis, les problématiques.

Concernant les horaires : 8h-12h45. 14h-17h.
Les chefs ont toujours accepté que je m'absente pour aller assister aux cours.

Résumé :
- des missions de veille/vigilance quotidiennes,
- des missions de formation/conseils au personnel hospitalier hebdomadaires,
- des missions ponctuelles.

Petite précision : il n'y a actuellement aucun interne en santé publique à Brest (je n'en connais pas la raison, mon stage se passe bien).

J'espère que cela apportera un petit éclairage.
Je suis désolé de ne pas pouvoir plus te renseigner...

Merci beaucoup pour ton témoignage ! Très complet sur ce service
Tout est bon à prendre :)

Pour répondre à ton interrogation sinon, j'ai vu sur le site du clisp qu'ils ne recommandent pas trop venir à Brest suite à la démission du coordinateur de DES, ce qui pourrait expliquer la situation..http://www.clisp.fr/joomla/brest
Avatar du membre
Korrigan
Messages : 23
Enregistré le : lun. juin 25, 2018 4:33 pm
Mon U.F.R : BREST

lun. juil. 02, 2018 4:50 pm

Je suis allé voir ce qui est affiché sur le CLISP concernant Brest. Cela m'a étonné.
Je suis allé voir mon chef (Philippe SALIOU, MCUPH en santé publique, dans le service d'hygiène hospitalière à Brest) pour lui demander ce qu'il en était.
Il a été à moitié surpris:
- effectivement, il y a bien eu une démission en 2015 du coordinateur.
- effectivement, il y a bien eu une interne en santé publique qui n'a pas poursuivi sa formation.
Mais:
- le poste de coordinateur est occupé, par Philippe SALIOU lui même. (Le chef de service de l'hygiène hospitalière est Raoul BARON).
- des internes de médecine du travail viennent régulièrement faire des hors filières en santé publique depuis 4 ans et çà se passe bien (1 à 2 internes de médecine du travail par an en hygiène hospitalière).
- l'interne en question aurait eu un parcours très atypique, à distance : elle ne se serait jamais présentée aux chefs, et n'aurait fait que des stages en dehors du service d'hygiène hospitalière de Brest : DIM à Brest, puis hygiène à Quimper, DIM à Quimper ; tout çà en habitant d'abord à Concarneau (>90km de Brest) puis à Vannes (>180 km de Brest).

Il me parait difficile de juger sur un cas (Est-ce significatif?).
Moi mon stage se passe bien.
J'étais de Bordeaux et j'ai choisi de venir à Brest, je me félicite souvent de mon choix (ville, cadre de vie, maquette, périph, ambiance, ...).
Mais bon après moi je ne fais pas une maquette de santé publique.

Néanmoins Philippe Saliou va contacter le CLISP pour que les informations puissent être actualisées pour Brest car cette simple note ne reflète pas la situation actuelle.
Diagnostiquer tient plus de l'art que de la science.
ste.tuf
Messages : 1
Enregistré le : sam. juin 30, 2018 2:21 pm
Mon U.F.R : RENNES

mar. juil. 03, 2018 4:29 pm

Bonjour,

Je me permet d'apporter ma pierre à l'édifice.
Je suis actuellement en 2°semestre de santé publique à Rennes.

Mes stages
J'ai passé mon premier semestre au DIM ( Département d'information médicale) ou j'avais deux missions principales, le codage des séjours hospitalier et la réalisation d'une étude clinique en utilisant les données hospitalières.
Le codage me prenait a peu près 3 demies journées par semaine, l'étude clinique 3 demi journées. Le reste du temps je suivait des cours de master.
Il arrivait aussi que je travail ponctuellement sur des plus petits projets comme les demande de listes de patients.
Dans le service il y a aussi des réunions hebdomadaires et mensuelles pour la vie du service.
Au niveau de l'organisation de mes journées, c'était assez variable en fonction de la charge de travail, mais globalement je travaillais de 9h à 18h30.
Souvent dans ma journée j'aime bien changez de sujet donc j'essaye de travailler le matin sur une mission et de changez l'après midi.

A coté du stage, il m'est arrivé assez souvent de travailler pour les cours de master, mais aussi pour organiser un séminaire et pour préparer un poster à présenter lors d'un congrès national sur l'étude.

Actuellement je suis dans le service d'épidémiologie. J'ai quelques projets en plus à la place du codage. Le master est fini cela libère du temps pour faire plus de choses. Les horaires sont a identiques à ceux que j'avais au DIM.
La principale différence entre les deux stage c'est qu'au DIM il y a une activité routinière (le codage) qu'il n'y a pas dans le service d'épidémiologie. En revanche les projets sur lesquels les internes doivent travailler sont souvent des petites parties de projets de recherche importants.

Orientation
Concernant l'orientation d'un interne de santé publique, je suis moi même très indécis car la spécialité est très très vaste. Des échanges que j'ai eu avec des internes plus expérimentés, ce sont les stages (les derniers ++ ), le sujet de master 2 et la thèse qui permettent de s'orienter vers un métier de la santé publique. Pour autant il est facile de changer d'orientation même une fois thésé car la santé publique évolue en permanence et il y a presque autant de carrières que de médecins de SP !

Si tu a d'autres questions, dans chaque ville où il y a des ISP, il y a des apéro qui sont organisés par les ISP pour discuter de la spécialité. A Rennes on en organise deux, le premier étant demain (mercredi 4 juillet). Tu peut retrouver les infos sur la page FB des ISP de l'ouest.
Polpol
Messages : 1
Enregistré le : mer. nov. 27, 2019 9:51 am
Mon U.F.R : BREST

mer. nov. 27, 2019 10:01 am

Korrigan a écrit :
lun. juil. 02, 2018 4:50 pm
Je suis allé voir ce qui est affiché sur le CLISP concernant Brest. Cela m'a étonné.
Je suis allé voir mon chef (Philippe SALIOU, MCUPH en santé publique, dans le service d'hygiène hospitalière à Brest) pour lui demander ce qu'il en était.
Il a été à moitié surpris:
- effectivement, il y a bien eu une démission en 2015 du coordinateur.
- effectivement, il y a bien eu une interne en santé publique qui n'a pas poursuivi sa formation.
Mais:
- le poste de coordinateur est occupé, par Philippe SALIOU lui même. (Le chef de service de l'hygiène hospitalière est Raoul BARON).
- des internes de médecine du travail viennent régulièrement faire des hors filières en santé publique depuis 4 ans et çà se passe bien (1 à 2 internes de médecine du travail par an en hygiène hospitalière).
- l'interne en question aurait eu un parcours très atypique, à distance : elle ne se serait jamais présentée aux chefs, et n'aurait fait que des stages en dehors du service d'hygiène hospitalière de Brest : DIM à Brest, puis hygiène à Quimper, DIM à Quimper ; tout çà en habitant d'abord à Concarneau (>90km de Brest) puis à Vannes (>180 km de Brest).

Il me parait difficile de juger sur un cas (Est-ce significatif?).
Moi mon stage se passe bien.
J'étais de Bordeaux et j'ai choisi de venir à Brest, je me félicite souvent de mon choix (ville, cadre de vie, maquette, périph, ambiance, ...).
Mais bon après moi je ne fais pas une maquette de santé publique.

Néanmoins Philippe Saliou va contacter le CLISP pour que les informations puissent être actualisées pour Brest car cette simple note ne reflète pas la situation actuelle.
Bonjour korrigan,
Pourrais je te parler en Mp ?
Merci
Répondre